Scream

Scream

Depuis 1971, Wes Craven enchaine les films d’horreur. On lui doit de grands classiques comme La dernière maison sur la gauche ou bien Les Griffes de la nuit. En 1998, il décide de relancer un genre disparu les Vendredi 13 et autre Halloween : Le Slasher Movie.
Le Slasher Movie est une sous-catégorie dans le cinéma d’horreur. Il met en scène les meurtres d’un psychopathe qui tue souvent des mannequins représentant sois-disant la jeunesse (souvent Américaine).
Une bonne idée au départ mais qui depuis as donné la donne a des remake et autres film souvent niais remplis de cliché. Comme le noir (qui se fait souvent tuer au début du film et est le meilleur pote du héros), l’handicapé social (Le puceau, quoi.), la cherleader (la grosse bonasse)…
Bref un amas de cliché. Ce qui n’est pas vraiment le cas dans la saga des Scream.
Le film s’auto-parodie très souvent. Même si certaines scènes peuvent déranger notamment en jouant avec la musique (La scène au ralenti du début (culte) ou Drew Barrymore implore sa mère d’un murmure totalement recouverte de sang…), elle peut aussi créer un faux effets de surprise (L’héroïne ouvre une simple armoire pour ranger un vêtements et une grande musique censé provoquer l’étonnement retenti…pour rien.)
Si on se laisse prendre au jeu on peut facilement sursauter. La preuve, ça fait bien une dizaine de fois que je vois ce film (Oui, je l’aime. Nous nous entendons très bien lui et moi) et je me suis encore fait avoir !

Le casting est plutôt sympa. Les acteurs sont souvent bon.
Craven permet aussi aux acteurs venu de série télé de faire leur preuves et ceux dans les 4 films prévu.
Dans le premier on retrouve, Neve Campbell sortie de la série Party Of Five (La vie à Cinq en France), Courtney Cox avec Friends ou encore Rose McGowan que l’on retrouvera cinq ans plus tard dans Charmed.
On prend un réel plaisir a découvrir les meurtres (Oui je suis sadique). Mon préféré étant le meurtre de Tatuum. J’ai envie de dire « Non mais qu’elle conne » !
La mise en scène est de bonne factures. Et la musique est bien dans l’air du temps retranscrit parfaitement l’ambiance des années 90.

Au final, Scream, premier volet d’une trilogie (qui pourrait être une hexalogie si le quatre rencontre un franc sucées) est un très bon slasher, avec des pop-corn et des amis : Une soirée cinéma parfaite.
Les suites…on en parlera plus tard ! (Et oui je tease).

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 /20

Scream de Wes Craven, 1H50, 16/07/96

INTERDIT AUX MOINS DE 16 ANS

Publicités

Le monde de Narnia : L’Odyssée du Passeur d’aurore

Le Monde de Narnia : L'Odysée du Passeur d'aurore

Deux ans après le second volet, la FOX reprend les rênes de la saga « Épique » des studios Disney. Le studios aux grandes oreille ne croyant plus aux projet, ils l’on vendus.
C’est peut-être une bonne idée quand on voit le résultat plutôt raisonnable mais qui ne tient pas vraiment les promesse faites au fan.
Ce film marque quand même un élan dans la mythologie et l’histoire des livres. C’est la séparation de la petite famille Pevensie. Il ne reste que Lucy et Edmund vu que les deux ainés de la fratrie ne croient plus au monde magique ou souris et lion parlent…

Des séparation qu’on aurait pu croire insoutenable mais qui se révèle particulièrement fade et dénué d’émotion.
La faute au jeu particulièrement et complétement nul des acteurs. Georgie Henley a bien grandie depuis le premier film, son jeu est insipide. Elle exagère toutes les expression de son visage. Elle est horripilante.
Un nouveau personnage apparait, Eustache, il est censé continuer les aventure dans les prochains « films » mais pour l’instant aucune suite n’est prévue, vu la catastrophe au Box Office Américain (Le film a couté 155 000$ et n’en a rapporté que 103 000…).

Les effets spéciaux sont sans plus (La fumée verdâtre est l’effet le plus mal foutu, dommage qu’on y ait le droit dans les trois quart du film.) On s’ennuie souvent et la magie n’est plus autant présente que dans le premier film. Elle l’était encore moins dans le second mais au moins, il y avait un scénario plutôt malin même si on se faisait globalement chier. Ici on se fait chier et il y a pas de scénario. Il était donc temps que cette saga ce termine.
Même si c’était un plaisir de retrouver des personnages qu’on aime (comme la petite souris Ripitchip et le grand lion Aslan) et de voir qu’ils essaye de faire des effort en vain…
« Le Seigneur des Anneaux pour enfant » aurait eu plus sa place en prime, le soir de Noël qu’au cinéma…

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 /20

Le Monde de Narnia : L’Odyssée Passeur d’aurore de Micheal Apted, 1H55, 08/12/10

Saw 3D

Saw 3D
Depuis 2004, la société de production LionsGate nous offre chaque années son lot de torture et d’hémoglobine.
Cette année, c’est apparemment le « dernier chapitre » de la saga.
Une bonne nouvelle donc pour ceux qui comme moi attende du renouveau dans le cinéma de genre (si on zappe Paranormal Activity trois et [rec] 3 et 4…). On nous promet un très gros film en 3D avec tout pleins de truc qui nous arrive dessus. Pas de bol, j’ai pu le voir qu’en 2D…
Je pense que tout l’argent du film est parti dans la 3D… Donc bah le reste est completement tragique.
On se retrouve avec une déchet.
Un bon téléfilm diffusé en deuxième partie de soirée sur NT1 (Entre le prime et le film érotique donc…), une bonne place pour un navet.
La force majeure de la saga Saw est pas son scénario (quoique j’ai été plutôt été étonné par le dénouement du sixième volet…) mais ces effets spéciaux. Et pour le final, c’est une catastrophe…

Autant on pouvait jouir du sadisme de voir des gens qui on fait de vilaines bêtises dans leur vies (ouuuh les petits coquins !), autant les scènes de torture sont gâché par…du sang ROSE !
Oui, avoir en tête la vision de Barbie ayant ces règles durant tout le film, c’est pas le bon trip…
Les acteurs sont hyper ultra mauvais. Ils arrivent même pas a courir (CF l’ex-meuf de Jigsaw tout droit sorti d’un sketch des nuls…), perde leur maquillage et sorte des répliques sorti d’un épisode des Expert !
[Petit interlude : VOUS FAITES CHIER AVEC VOS SÉRIES POLICIÈRES DE MERDE QUI NOUS PLOMBE TOUT NOTRE PROGRAMME TELE ! MARRE DE PAYER LA REDEVANCE POUR VOIR DE TEL CONNERIES !]
Hum hum…Ou en étais-je ? Ah si, les acteurs sont tous pitoyable.
La fin bat des record en originalité ! 6 film de plus pour en arriver la…Bravo les scénaristes… Vous nous avez bien pris pour des cons !

En gros si tu veux voir des acteurs porno (qu’on pas le physique et qui ne font pas du porno dans ce film…) mourir même pas atrocement par ce que c’est le sang de Mr Malabar (Ah non… c’est le chat malabulle maintenant…) qui sort de leur entrailles…bah regarde Saw 7 et passe au magasin t’acheter du gout…ou une vie. Tout dépend les autres rabattez vous sur…bah sur rien ! Par ce qu’en 2011 a part les remake et les suites, bah y a plus rien a se mettre sous la dent en matière d’horreur…

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 /20

Saw 3D de Kevin Greutert, 1h27, 10/11/10
INTERDIT AUX MOINS DE 16 ANS

Merci a Cinetrafic et Metropolitan pour le DVD !
La Home Page : http://www.cinetrafic.fr/
La page du film :  http://www.cinetrafic.fr/film/27291/saw-3d
La liste des survival movie :  http://www.cinetrafic.fr/liste-film/3952/1/le-survival-genre

Catégories :Horreur Étiquettes : , , , , , , , ,

127 Heures

127 Heures

Deux ans après le sucées du multi-oscarisée, Slumdog Millionaire, le réalisateur de Trainspotting revient avec une histoire vraie.
Celle de Aron Raltson qui en 2003 durant un trek dans les gorges de l’Utah tombe dans un trou et se coince le bras droit contre un rocher.
Durant une heure et demie nous voila propulsé et coincé avec Aron.
Un trip claustrophobique qui réussi a nous tenir en haleine grâce, en particulier, au jeu de son acteur principal, James Franco (Harry dans la trilogie Spider-Man).
Les seconds rôles sont très discret avec en premier plan, la plus française des actrices du cinéma américain actuel, Clémence Poésie (Fleur Delacour dans la saga Harry Potter) qui s’en sort plutôt bien durant les scènes de FlashBack.

C’est un premier coup d’essai de scénario pour Boyle mais c’est aussi le gros point faible du film.
Tiré d’une histoire vraie, les scènes sont très réaliste mais le fil conducteur est très mal équilibré. Un dosage scène hallucinatoire/ scène de souvenirs pas très bien indiqué. On s’y perd un peu.
Le problème de Boyle c’est qu’on sort de ces films et on les oublie rapidement. Je peux pas vraiment jugé moi qui n’ai vu jusqu’alors que 28 jours plus tard et Slumdog Millionaire mais c’est ce que j’ai ressenti. Un sentiment de vide. Je pense l’avoir oublié dans une semaine…
C’est dommage car le sujet est fort. Et l’avant dernière scène pourrait en choquer plus d’un par son réalisme et la force du jeu d’acteur de Franco (Oui je me répète mais c’est vraiment ce qui marque le plus dans le film.)
Boyle filme la nature avec une très bonne énergie qui fait que l’on ne s’ennuie pas si souvent que ça.
Certes il y a des moments de faiblesse mais la bande original (sauf pour le titre de Ca plane pour moi de Plastique Bertrand…) est très originale ( C’est le mot !) et super éclectique dans le genre.
Je reproche aussi au film cette fameuse connexion dans la nature qu’on avait que trop vu/perçue dans Into The Wild de Penn. Il y a même une musique qui reprend un des thèmes du film. Dommage.
Donc je vous conseille d’aller voir le film si vous n’êtes pas une petite nature. De le voir un après-midi. Et pour le grandiose jeu d’acteur de James Franco !

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 /20

127 Heures de Danny Boyle, 1H34, 23/002/11

Black Swan

Black Swan

Plus de dix ans après nous avoir torturé mentalement et physiquement avec Requiem for a Dream et l’enfer de la drogue, Darren Aronfsky  nous embarque cette fois ci dans celle de la folie.
Nina Sayers est ballerine au sein de la prestigieuse école de ballet de New York (New York City Ballet). Sa vie est totalement dédiée a la danse.
Quand Thomas Leroy, directeur artistique de la troupe, décide de remplacer la danseuse étoile principale Beth Mcintyer pour sa nouvelle version de Le lac des signes, Nina obtiens le rôle mais une certaine Lily arrive dans la troupe…
Dés l’introduction, la tension monte, l’excitation grandi,on se sent tout de suite devant un grand film.
La caméra suit les mouvement des acteurs, on a vraiment l’impression de danser avec.
Quand Nathalie Portman s’essouffle, ça se ressent. On est comme qui dirait introduit dans le film. C’est encore plus immersif qu’avec la 3D.
On est hypnotisé par la grâce et la beauté des acteurs.
Par Nathalie Portman d’abord qui s’impose telle une reine devant la caméra alors qu’elle joue un personnage plutôt timide et coincé. Ensuite la très sexy et splendide Mila Kunis qui est tout l’opposé du personnage de Nathalie, elle est beaucoup plus ouverte et plus fun.
Et enfin Vincent Cassel que je déteste mais qui ici tient la route.
Niveau second rôle on est pas en reste comme avec la grandiose Winona Rider qui joue la « méchante » de l’histoire.

Aronofsky nous fait encore souffrir mentalement (surtout psychologiquement) et aussi visuellement.
Souvenez vous la fameuse scène du bras dans Requiem for a Dream, ici c’est pire.
On s’enlève des bouts de peau, on se casse des ongles entiers, on se déboite de tout ces membres.
On sombre dans la folie en même temps que le personnage principal. On ne sait plus ce qui est réel, ce qui ne l’est pas. Tout cela servi par des effets spéciaux discrets mais très réussi.
Le long est aussi très sensuel. Aronofsky film au plus prés des acteurs,  certaines scènes sont très chaude et servent d’intermède dans l’horreur de la situation initial.
On ressort du film le souffle coupé comme après avoir couru un marathon.
La Bande-Original est passionnante et nous fait vibrer entre rythme stressant et grande musique classique du célèbre Tchaïkovski.
Le réalisateur nous embarque dans une descente aux enfers psychotique et hypnotisant.
Courez vite le voir ou même dansez vite le voir (Vous allez vous sentir très ridicule) !

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 /20

Black  Swan de Darren Aronofsky, 1H43,  09/02/11

Tron L’héritage

Tron l'héritage

En 82, un ovni du nom de Tron sort au cinéma. Ce film relate les aventures de Kevin Flynn qui après s’être fait voler les programmes par son ennemi et collègue Ed Dillinger, rentre dans l’ordinateur pour trouver des preuves avec son clone CLU.
Mais le MCP (programme machiavélique crée par Ed) l’oblige a participer a des jeux de courses pour le faire disparaitre. Mais Kevin reste prisonnier.
Enfin c’est ce qu’on imaginé les studios Disney. Tron ayant était un très beau carnage financier pour Disney, ils ont décider de faire l’impasse sur l’Happy End du premier pour en créer une suite.
Nous voici donc en 2011. Kevin est toujours prisonnier. On suit cette fois-ci les aventures de son fils, Sam.
Après avoir reçu un message sur le biper de son tuteur, Sam pars dans l’ancien magasin de jeux vidéos de son père. Il actionne par erreur la machine qui le fera entré dans le monde mystérieux de « la grille ».
Disney sors cette fois-ci l’artillerie lourde pour les nostalgiques. Tron L’héritage est un film destiné au plus vieux.
Le héros principale du film s’approche de la trentaine mais garde le visage d’un ados pour plaire au plus jeune.
Le rôle du père est repris par Jeff Bridges qui reprend son rôle 28 ans après le premier volet.
La bande son est signée par les Daft Punk et les effets spéciaux sont crée par la même boites que ceux de Avatar de James Cameron.

Jusqu’à la tout va bien. Le vrai soucis du film réside dans le rythme. On s’ennuie entre les scènes d’action.
Certaines scènes frôle parfois le ridicule mais le tout est sauver par la mise en scène rythmée et l’exquise bande originale.
Les scènes d’actions sont surprenante. Ça saute, ça vole, ça explose dans tout les sens. C’est beau. C’est pleins de couleurs.
Les acteurs sont plutôt banals dans leur jeux. C’est bien dommage. Même Jeff Bridges a du mal a se mettre dedans.
Ou alors c’est la VF qui est odieuse. Je ne sais pas. Mais j’avais parfois l’impression qu’ils se faisaient chier.
Peut-être le fait de jouer tout le film devant un écran vert…
Certaines scènes pue les années 80 comme cette fameuse scène ou Sam découvre la machine qui lui permet de se téléporter dans le fameux monde. Moi ça m’a vite rappeler la machine a rétrécir dans Chérie j’ai rétréci les gosses. Pis cette musique.
La 3D apporte pas grand chose au film par contre l’Imax. On en prend pleins les yeux et les oreilles. Ca vibre partout. C’est vraiment fun.
Le film bien que moyen sera pour ma part je pense un des films cultes de ma génération.
C’est juste dommage que ça sonne un peu creux au niveau de l’histoire et du jeu des acteurs…

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 /20

Tron L’héritage de John Krosinski, 2H06, 09/02/11

Le Dernier exorcisme

Le dernier Exorcisme

« Oubliez Paranormal Activity, la peur, la vraie elle est ici » lance l’affiche commercial du film.
Un bien jolie mensonge. Déjà Paranormal Activity ne fait peur qu’aux petites natures et ensuite « Le dernier exorcisme » est loin d’être un film d’horreur.
Ce documenteur raconte l’histoire d’un prêtre, Marcus Cotton, qui depuis petit exorcise les gens. Pour son dernier exorcisme il veut montrer au monde que tout ceci n’est qu’une plaisanterie.
La première partie est très amusante et nous montre l’envers du décors du parfait exorcisme.
La deuxième tombe rapidement dans le cliché et peut vite ennuyer.
Déjà les personnages sont pire que caricaturaux. La jeune fille possédée par le mal est donc une petite fille chaste et pieuse. Qui croit en dieux et va a la messe toutes les semaines.
Son père lui est un paysan qui tire sur les visiteurs dérangeant avec un fusil et le jeune garçon est attardé mentalement.
Bref la joyeuse famille de bouseux perdu au fin fond des Etats-Unis.
Après avoir pratiqué son « exorcisme », la jeune fille montre pourtant des signes très étranges…

Le film est d’un ennuie mortel. Filmé salement avec une caméra et comme tout les films filmé a la caméra tout le monde crève a la fin. N’hurlez pas au spoiler…Quand vous regardez un film filmé avec un caméscope, la règle est que tout le monde crève a la fin et ce depuis Le Projet Blair Witch.
Aucune surprise par ici. La fin est sublimement bâclée. On comprend strictement rien. Le jeu des acteurs est digne d’un épisode de Secret Story a part pour la petite possédée. Et encore elle brillera plus tard dans des séries télé ou sombrera dans l’alcool (c’est plus probable…).
Le film est hyper mal foutu. On se retrouve avec de la musique de suspens et un joli petit générique a la fin.
Alors que c’est sensé être un reportage…
BREF si vous voulez voir un bon film tourné au caméscope, il faut voir Cloverfield et si vous voulez voir un bon film d’horreur tourné vous plutôt vers L’exorciste de Friedklin…

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 /20

Le Dernier exorcisme de Daniel Stamm, 1H27, 15/09/10 INTERDIT AUX MOINS DE 16 ANS

%d blogueurs aiment cette page :